Nouveau
Image
70115348.jpg

Géographes en Algérie (1880-1950)

Sciences humaines et sociales
27/11/2009

Résumé

Dans le sillage d'Edward W. Said qui définissait l'impérialisme comme un « acte de violence géographique, par lequel la quasi-totalité de l'espace mondial est explorée, cartographiée et finalement annexée », la géographie est apparue comme la discipline de l'impérialisme par excellence. Du xixe au milieu du xxe siècle, les savoirs sur l'espace ont été indéniablement des instruments puissants de la conquête puis du contrôle social des territoires non européens, mais cette évidence a conduit à une analyse souvent très réductrice de leurs contenus. Ces savoirs offraient-ils tous la même représentation des sociétés et des territoires non européens ? Ressassaient-ils tous à l'envi l'irréductible différence entre l'Européen et l'Indigène ?
Florence Deprest propose ici de reconsidérer la catégorie de géographie coloniale à travers l'étude de la géographie universitaire de l'Algérie entre 1880 et 1950. L'auteur opère une mise en relation des discours savants, des conditions institutionnelles de leur production et de leur circulation entre colonie et métropole, ainsi que des contextes politiques et des pratiques concrètes de leur mise au service du pouvoir.
Donnant à observer des scientifiques qui participent tous de la nébuleuse coloniale, elle montre comment ceux-ci développent des conceptions variables et parfois antagonistes sur des thèmes aussi stratégiques que les limites naturelles de l'Algérie ou l'évolution des genres de vie indigènes.
Très loin d'une réhabilitation de la géographie coloniale française, l'ouvrage met au jour les logiques contradictoires au coeur des savoirs universitaires et dévoile ainsi les visages multiples de la domination.

Nombre de Pages
352
Code ISBN
978-2-7011-5348-3
Format
17 x 24 cm
29,00 €
Disponible

Nos recommandations

Image
70119706.jpg

L'Afrique des idées reçues

L'Afrique des idées reçues

« Ce sont les Africains les plus pauvres qui migrent vers l'Europe. Les guerres de religion déstabilisent l'Afrique. Les agriculteurs familiaux subsahariens sont dans l'incapacité de nourrir les villes. Le chaos urbain est alimenté par une urbanisation galopante.

Image
70118372.jpg

Les Afrique au défi du XXIe siècle

Les Afrique au défi du XXIe siècle

L'Afrique subsaharienne connaît depuis peu une accélération de son histoire.

Image
70116483.jpg

Vacances des lieux

Vacances des lieux

Cet ouvrage s'intéresse aux lieux laissés vacants, avec le projet de débusquer le sens caché que recouvre leur mise à l'écart du jeu social. Il aborde leur « renaturation », qui leur confère une valeur mémorielle, ainsi que leur réaménagement ou leur restauration.

Image
70115877.jpg

L'Amazonie brésilienne et le développement durable

L'Amazonie brésilienne et le développement durable

Qu'y a-t-il de commun entre le village amérindien isolé de Moikarako, le lotissement agricole Margarida Alves, ou des fermes de sojiculteurs regroupées dans une association dénommée Sorriso Vivo ? Peu de chose. Un lien existe pourtant : le développement durable.

Image
70115316.jpg

Les Yanomami du Brésil

Les Yanomami du Brésil

On a souvent insisté sur le déclin des peuples amérindiens du Brésil ou souligné leur désagrégation liée au contact avec les sociétés occidentales. Or, les années 2000 permettent de tirer un bilan bien différent.

Image
70115183.jpg

La mobilité des pauvres

La mobilité des pauvres

Au cours des dernières décennies, la croissance sans précédent de toutes les formes de déplacement fait sans doute partie des phénomènes qui ont le plus marqué les évolutions de la ville.

Image
70114892.jpg

Tourismes 1, lieux communs

Tourismes 1, lieux communs

Cet ouvrage propose une analyse critique des idées reçues que le tourisme alimente à profusion, en particulier au sein de l'intelligentsia, soucieuse de préserver l'un de ses privilèges mis à mal par le développement du tourisme de masse : l'accès à des lieux jadis réservés à une certaine société

Image
70114677.jpg

L'Empire des géographes

L'Empire des géographes

La géographie est souvent considérée comme la « science coloniale » par excellence.